club rcao club éleveurs oiseaux en Charente maritime

club rcao club éleveurs oiseaux en Charente maritime



 
club rcao club éleveurs oiseaux en Charente maritime

Comment bien débuter avec des poules ?

Comment penser à tout avant de débuter un élevage de poules ?

Vous avez décidé de débuter un élevage de poules et vous avez peur d’oublier des choses importantes. Voici un petit pense-bête qui pourra vous aider.

Étapes de réalisation :
  1. Le poulailler : ce qu'il faut faire
    Même si les poules ne sont pas exigeantes, il faudra vous occuper du poulailler au moins une heure par jour. Il faut le nettoyer très régulièrement et bien observer le comportement des animaux (s'ils se grattent par exemple). On ne peut pas laisser des poules seules, même quelques jours. Si vous prévoyez des vacances, il vous faudra également prévoir une personne pour vous remplacer.
    Les poules se nourrissent tous les jours. Il est inutile de leur donner une grosse dose de graines "à l'avance", elles mangeront tout en une fois et n'auront plus rien pour le lendemain.
    Il faut également changer l'eau tous les jours.
  2. Le poulailler : le voisinage. Les poules sont vivantes et donc font du bruit. Certaines personnes ne supportent pas le chant du coq, d'autres diront que "cela sent" mauvais... Avant de débuter, il vaut mieux avoir l'accord de vos proches voisins, afin d'éviter les problèmes ultérieurs.
  3. Pensez également aux aspects légaux: La réglementation. Chaque département a sa réglementation en ce qui concerne l'élevage avicole. Contactez votre mairie pour avoir les renseignements nécessaires. Si vous désirez faire un grand poulailler, il vous faudra sans doute un permis de construire. Certaines résidences interdisent ce genre d'élevage. Vous aurez toutes ces informations auprès du personnel de votre mairie.
Comment empêcher les poules de manger leurs œufs ?
 
C’est un phénomène bien connu des éleveurs. Les poules ont une fâcheuse tendance à dévorer leurs propres œufs. Ceci est dommageable car votre exploitation pourrait bien vite devenir contre-productive. Voici donc quelques conseils pour éviter que vos poules ne mangent leurs œufs.

Étapes de réalisation :
  1. Séparez tout d’abord les poules pondeuses du reste des animaux en les enfermant dans un enclos fermé.
  2. Ensuite, pour dissuader les poules de s’attaquer aux œufs, il vaut que vous leur trouviez un aliment capable de s’y substituer en leur donnant les mêmes éléments nutritifs. Une bonne idée peut être de leur donner des coquilles d’œufs vides ou alors des coquilles d’huitres broyées.  
  3. Pensez à ramassez les œufs au moins deux fois par jour. C’est bien le moyen le plus rationnel d’empêcher les poules de les manger !  
  4. Si vous faîtes de l’élevage, pensez à retirer les œufs des nids et à les mettre dans des couveuses pour les protéger.
  5. Enfin, si vous n’y arrivez toujours pas, repérez quelle est la poule qui mange le plus les œufs. Attrapez-la et offrez-vous un bon repas.
Comment protéger les volailles des parasites ?
 
Que votre élevage soit important ou non, il est fort possible que vous soyez confronté un jour aux problèmes parasitaires. Pour pouvoir soigner vos volailles et vous débarrasser des ces parasites, voici quelques conseils.

Étapes de réalisation :
  1. Les parasites : Pour simplifier, ils se divisent en deux groupes : les parasites hématophages, c'est-à-dire qu'ils se nourrissent du sang des volailles et les mallophages, qui se nourrissent des débris de peaux mortes, des plumes...
    Ces parasites transmettent des maladies et stressent vos volailles. Il faut donc vous en débarrasser le plus rapidement possible.
  2.  Les parasites hématophages : Le pou rouge de la poule (Dermanyssus Gallinaé) est le plus fréquent. Il touche toutes les volailles. Sa prolifération est accélérée s'il fait chaud et humide. Ils vivent la plupart du temps cachés et de ce fait sont difficilement décelables. On peut noter une poussière ressemblant à du poivre moulu dans les recoins du poulailler. Ces acariens adorent l'obscurité. Ces poux sortent la nuit pour aller se nourrir du sang de vos poules. Il faut traiter le poulailler dans son ensemble, en n'oubliant pas les recoins et fissures.
  3. Pour s'en débarrasser, il faut avant tout traiter le poulailler avec des pulvérisations d'ORNICLEAN. Insistez bien dans les recoins. Pour les nids, pulvérisez du SANITERPEN. En principe, une fois le poulailler désinfecté, les poules ne seront plus embêtées.
    L'ornitonyssus sylvarium vit lui sur l'animal. Il apprécie le froid. C'est un acarien très dangereux car il peut tuer les jeunes animaux. Il faudra traiter les volailles, et le poulailler. Le traitement se fait avec de la permethrine. Chaque poule doit être traitée.
    Les puces des poulets ne vivent pas sur les volailles. Là encore, il vous faut traiter le poulailler avec des pulvérisations de produits à base de trichlorphon ou de malathion.
  4. Les parasites mallophages : Ils provoquent des démangeaisons et des chutes de plumes assez importantes. On les rencontre très souvent dans les élevages dont la population est trop dense. Ils apprécient le froid. Le pou blanc ou Menacanthus stramineus est le plus fréquent. Il se nourrit des plumes et ronge l’épiderme. Lorsque l’infestation est massive, on voit des cocons blancs sur le corps des animaux. Il faut retirer toutes les plumes présentant un amas d'œufs.
    Saupoudrez un produit à base de pyrèthre (Saniterpen) sur chaque poule. Pensez à bien saupoudrez le dessous des plumes. Refaire la pulvérisation plusieurs fois. Si l'infestation est importante, ne pas hésiter à faire des shampooings anti poux. Il est aussi possible de mettre un peu d'insecticide dans les bains de sable.
Comment bien utiliser le vaccin anti-coccidiose des volailles ?
 
Fléau des éleveurs de volailles, la coccidiose provoque de graves diarrhées. La poule malade pond moins et finit par perdre beaucoup de poids. Même s'il existe sur le marché des produits anticoccidiens, ils ne font que ralentir la prolifération. Voici donc quelques conseils pour vous débarrasser de ce problème.

Étapes de réalisation :
  1. Les produits du marché
    Comme il a déjà été dit, ceux-ci ne tuent pas les responsables - les coccidies - mais ils ralentissent juste leur prolifération. De ce fait, le problème peut ressurgir à tout moment. De plus, ce sont des produits dangereux. Pour toutes ces raisons, il vaut mieux trouver une parade efficace.
  2. Le vaccin
    Il existe actuellement un vaccin contre les coccidies. On injecte à la volaille des coccidies non pathogènes, ce qui va développer leur capacités immunitaires. On doit vacciner les volailles à 5 jours de vie. Il n'y a qu'une injection. Deux types de vaccin existent (paracox 8 et paracox 5). Le paracox 8 protège de toutes les formes de coccidies.
    On peut ajouter ce produit dans l'eau ou dans la nourriture (0,1ml par poussin). La manipulation n'est en revanche par pratique car le vaccin est livré dans une poche souple. Il faut donc prévoir des fioles stériles pour diviser les doses. Il faut conserver ce médicament au réfrigérateur.
    Enfin, le poussin doit rester 21 jours sur la même litière afin que le vaccin soit efficace (à travers les fientes).
  3. Les gestes à faire
    Vérifiez avec attention les aliments. Il est spécifié dans la composition s'ils contiennent ou non des anticoccidiens. En effet, une poule vaccinée ne doit pas "reprendre" un anticoccidien durant sa vie. Cela annule la protection.
    Les aliments pour jeunes faisans et pintades sont exempts d'anticoccidiens suivant la loi.
    Si par hasard une volaille n'a pas été vaccinée, elle peut toutefois "profiter des bienfaits" du vaccin si elle vit avec ses consœurs vaccinées. Elle est également en contact avec le produit via les fientes. C'est pourquoi il est utile d'utiliser le produit pendant plusieurs années consécutives.
Attention ! Prenez garde aux antibiotiques appartenant à la famille des sulfamides (exemple Biaprim). Ils sont tout à fait contre-indiqués aux volailles étant vaccinées. 
Comment construire un poulailler ?
 
Votre terrain se prête à certains aménagements, et vous rêvez de récolter des œufs frais toute l'année ? Voici quelques conseils pour la construction d'un poulailler Votre terrain se prête à certains aménagements, et vous rêvez de récolter des œufs frais toute l'année ? Voici quelques conseils pour la construction d'un poulailler :
 
Étapes de réalisation :
  • Fournitures
  • Planche de bois de récupération
    Piquet ou bastaing ou demi-chevron
    Clous
    Marteau
    Tôle « fibro »
    Scie
    Grillage à poule
     
    Délimitez la zone réservée au poulailler avec du "grillage à poule" : c'est un grillage tressé de formes hexagonales, simple à trouver dans le commerce et relativement bon marché. Espacez les poteaux de soutien tous les 2 mètres maximum.
    1. Fabriquez le poulailler proprement dit, c'est à dire une sorte de cabane où les poules pourront se réfugier et pondre en toute tranquillité. Pour cela, commencez par les deux façades avant et arrière.
    2. Prévoyez une largeur de 1,50 à 2 mètres et une hauteur de 1,80 mètre environ, avec quelques ouvertures sur le haut et en laissant le bas d'une des 2 façades ouvert : il s'agira de la façade avant, et cette ouverture vous permettra de récupérer les œufs et facilitera le nettoyage.
    3. La façade arrière peut laisser entrevoir une fente pour faciliter le ramassage des œufs. Elle doit avoir la même largeur que la façade avant, mais une hauteur d'1,5 mètre : le toit sera ainsi pentu.
    4. Aménagez les côtés en suivant les mesures choisies : un panneau d'1 mètre de large, avec 2 côtés différents (un de 1,80 m et l'autre d'1,5 mètre si les côtes précédentes ont été suivies).
    5. Le toit peut être choisi en fibro et fixé à l'aide d'équerres.
    6. Si vous choisissez un poulailler élevé, prévoyez une rampe pour que les poules puissent y accéder facilement.
    7. N'oubliez pas d'installer des perchoirs, des pondoirs et les mangeoires. Comptez environ 3 pondoirs pour 5 poules : vous pouvez utiliser par exemple des cagettes remplies de paille.
    8. Il est bon de prévoir environ 1 m² pour 5 poules.
  •  
    Comment bien aménager un pondoir pour les poules ?
     
    Si vous avez des poules pondeuses, vous savez qu'il vous faut un pondoir. Pour qu'il soit pratique (pour vous) et agréable à utiliser (pour elles), voici quelques conseils.
     
    Étapes de réalisation :
    1. Les dimensions
      Si vous n'avez que 3 à 5 poules, un seul pondoir est suffisant. Évitez de mettre plus de 10 poules par pondoir. Voici quelques dimensions pour un pondoir individuel :
      Pour les poules lourdes, il vous faut un pondoir ayant une largeur de 30 cm, une profondeur de 35cm et une hauteur de 40 cm. Les races légères se satisfont avec un pondoir de 20cm (la hauteur et la profondeur seront identiques à celui des races lourdes).
      Pour les races naines, un pondoir de 15cm le large, 25 de profondeur et 30 de haut sera idéal.
    2. Le pondoir
      Les poules pondent dans des endroits tranquilles et de préférence sombres. Elles pondent mieux dans des pondoirs protégés qu'à même le sol. Surélevez les pondoirs (entre à 0,60cm et 1m du sol) et mettez une petite rampe d’accès ou une échelle devant chaque pondoir.
      Pour faciliter la récupération des œufs, dotez votre pondoir d'un fond incliné, qui permettra de faire glisser les œufs. Il est également possible de poser une trappe à l'arrière du pondoir.
      Il faut de nombreuses aérations. L'endroit ne doit pas être humide et l'air doit y être frais. Il est également préférable de fabriquer un pondoir à toit incliné. Ainsi les poules ne s'y installeront pas.
    3. Petites astuces
      L'œuf est pondu entouré d'une fine couche encore humide. Celle-ci sèche très très rapidement. Inutile donc de laisser l'œuf traîner sur la litière (en paille). Vous pouvez le ramasser immédiatement.
      Pour éviter que la paille ne tombe, installer une petite planche sur le devant du pondoir (environ 10cm de haut). Celle-ci bloquera la chute.
    Comment nettoyer un poulailler ?
     
    Le poulailler demande beaucoup d'entretien. En effet, le nettoyage d'un poulailler doit se faire régulièrement. Nettoyer votre poulailler permet de protéger vos poules contre les vermines, les rongeurs et les mouches. Aussi, vous allez vous débarrasser des mauvaises odeurs dans le poulailler. Voici les conseils à suivre pour nettoyer un poulailler sans mettre en danger la vie des poules.
     
    Étapes de réalisation :
    1. La première des choses à faire est d'enlever la paille dans le poulailler. Débarrassez-vous de la poussière, des toiles d'araignées et de la fiente en grattant le sol.
    2. Passer maintenant au nettoyage du poulailler. Pour cela, vous devez utiliser un jet d'eau de forte puissance. Utiliser par la suite un balai-brosse pour le nettoyage.
    3. Pour la désinfection du poulailler, il est recommandé d'utiliser des détergents spécifiques. Vous pouvez aussi utiliser de la chaux ou du grésil.
    Comment donner un perchoir agréable à ses poules ?
     
    Lorsque les poules sont fatiguées de leur longue journée au grand air, elles vont se coucher. Et pour que leur nuit soit profitable, il faut un perchoir digne de ce nom. Voici quelques conseils.
     
    Étapes de réalisation :
    1. La hauteur
      Les poules adorent se percher pour dormir. Il faut donc positionner le perchoir à une certaine hauteur, et cette hauteur va dépendre de la race des poules. Pour les races lourdes, le perchoir devra être installé à une hauteur comprise entre 30 et 50cm du sol. Pour les races légères et naines, le perchoir peut être installé jusqu'à un mètre du sol.
      Si vous avez différentes races dans votre enclos, ne mettez pas plusieurs hauteurs de perchoirs. Cela provoquera des conflits car les poules essaieront toujours d'obtenir le perchoir le plus haut.  
    2. Le perchoir
      Un perchoir doit mesurer environ un mètre pour trois poules lourdes (ou cinq poules légères). Ne mettez pas votre perchoir trop près du mur, cela abîme les plumes de la queue. L'espace entre le perchoir et le mur devra être de 30 à 40cm, suivant le type de poule.
      Le perchoir idéal est rectangulaire. Pour permettre aux poules d'avoir un bon équilibre, la section devra être de 4cm au minimum.
      Ce perchoir devra être en bois, bien poncé. Il ne faut pas qu'il y ait d'écharde qui blesse les pattes.
    3. L'entretien
      Pour faciliter l'entretien, il est préférable de construire un perchoir démontable. Nettoyez-le régulièrement et pensez à le désinfecter à intervalle régulier.
    Comment protéger les poussins de la grippe aviaire ?
     
     Comme d'autres animaux, les poussins peuvent être sensibles à toutes sortes de maladies, en particulier lorsqu'ils sont petits. La grippe aviaire est l'une des maladies touchant les oiseaux et les volailles et qui peut éventuellement être transmissible aux humains. Pourtant, quelque soit le facteur risque pour l'homme, les poussins souffrant de la grippe aviaire risquent d'en mourir s'ils ne sont pas soignés. Pour en savoir plus, lisez la suite...

    Étapes de réalisation :
    1. La grippe aviaire est transférée par contact d'oiseau à oiseau. Cette maladie peut également être transférée par contact par le biais d'autres animaux qui sont porteurs du virus. Assurez-vous en nourrir vos poussins à l'intérieur, afin que leur nourriture ne soit pas contaminée.
    2. Maintenez votre poulailler propre et désinfectez fréquemment les récipients alimentaires. La grippe aviaire peut se propager à partir de matières fécales. Toutes sortes de saleté peuvent également attirer les oiseaux sauvages et les petits animaux. Ils peuvent rendre vos poussins sensibles à la maladie.
    3. Débarrassez-vous des œufs endommagés et des animaux morts. En effet, ils sont susceptibles de contenir des agents pathogènes susceptibles d'infecter les poussins en bonne santé. Ne laissez pas vos poussins se balader dans des endroits pleins de fientes.  
    Comment traiter les poux des poules ?
     
    Les poux des poules sont des parasites qui se propagent bien souvent avec la chaleur ou un manque d'hygiène dans le poulailler. Voici quelques petites astuces pour en venir à bout :
     
    Étapes de réalisation :
    1. Le grésil, qui autrefois était utilisé pour assainir les poulailler, est désormais interdit : il s'est en effet avéré cancérigène. Il est donc nécessaire de traiter différemment ces parasites.
    2. Si le poulailler est infesté, une seule solution : nettoyez-le à fond et traitez-le avec un produit vendu en animalerie et magasin agricole.
    3. Si vous n'arrivez pas, malgré les produits actuellement en vente, à en venir à bout, la seule solution consistera à brûler le poulailler : seul le feu pourra venir à bout de ces parasites qui tuent en quelques jours seulement les poules en leur suçant le sang.
    4. La solution la plus efficace reste la solution préventive : nettoyer régulièrement le poulailler et changez tout aussi régulièrement la paille des pondoirs.
    Comment protéger son poulailler des prédateurs ?
     
    Les poulaillers sont très courants en campagne, et l'intrusion par des prédateurs y est tout aussi courante. Ce sont des renards, des putois, des belettes et même des chats sauvages qui viennent dévaster les enclos, tuant et emportant les poules mais aussi leurs œufs. La meilleure solution pour éviter l'intrusion de ces prédateurs est de faire surveiller vos poules par un animal gardien imparable : l'oie.

    Étapes de réalisation :
    1. Si l'oie est capable de monter la garde aussi bien qu'un chien dans une cour, elle protège de façon incomparable les hôtes d'un poulailler. Les oies n'ont effectivement peur de pratiquement rien, et les animaux qui s'introduisent dans les poulaillers dans le but de tout dévaster et qui se heurtent à des oies finissent par reculer et par battre en retraite.
    2. Pour mettre poules, coqs et poussins à l'abri, donnez leur deux ou trois oies comme compagnes. Au mieux, choisissez deux femelles et un jar : celui-ci est un peu plus hargneux que ses compagnes, il n'en défendra que mieux le territoire.
    3. Des oies qui se défendent d'un prédateur peuvent arriver à tuer certains d'entre -eux. Dans le meilleur des cas, elles dissuaderont les intrus d'avancer plus, et si ils osent finalement gagner du terrain, elles n'hésiteront pas à charger. Il battra donc en retraite et laissera votre poulailler en paix. De plus, les oies poussent de tels cris lorsqu'elles sont menacées que vous ne pourrez que les entendre et aller voir ce qui se passe. Une seule recommandation s'impose lorsque l'on décide de mettre des oies avec des poules : les prendre jeunes, de manière à ce qu'elles apprennent à cohabiter avec ces dernières. En effet, si vous introduisez des oies adultes qui n'ont jamais vécu avec des poules dans un poulailler, elles risquent de vouloir les chasser pour s'accaparer le territoire.